Intervention en plénière – Prenons garde à la “fake History” !

L’enseignement de l’Histoire, certes, n’est pas une compétence communautaire et ne doit pas le devenir. Mais l’Union ne peut pas se désintéresser de la réapparition, presque partout en Europe, d’un discours de haine dans le débat public.

En deux générations, l’Europe est passée de la damnation de la guerre récurrente à la paix quasiment perpétuelle. C’est un miracle ! Ce miracle n’a été possible que grâce à la construction européenne, car année après année, elle a réconcilié nos peuples en les mobilisant, non plus l’un contre l’autre, mais autour d’un projet commun.

Or, voilà qu’ici ou là, nous formons avec nos enfants une nouvelle génération de nationalistes. On se méfie enfin des “fake news” : prenons garde à la “fake History”, celle qui a joué un rôle si dramatique dans les tragédies du XXe siècle.

Oui, mille fois oui, au récit national. Non au roman national !

Intervention en séance plénière mercredi 16 janvier à Strasbourg.

Nomination – Mission sur l’enseignement de l’Histoire en Europe

Décret du 15 janvier 2019 – JORF n°0013 du 16 janvier 2019, texte n° 29

Dans le cadre de la préparation de la présidence française du Comité des Ministres du Conseil de l’Europe, qui débutera au mois de mai 2019, Alain Lamassoure est nommé parlementaire en mission temporaire sur l’enseignement de l’Histoire en Europe. Les conclusions de cette mission seront rendues d’ici la fin du mois d’avril.

Cette mission est effectuée auprès des ministres Jean-Yves Le Drian (Europe et Affaires étrangères), Jean-Michel Blanquer (Education nationale) et Nathalie Loiseau (Affaires européennes).

Quel en est l’objectif ? Il s’agit pour Alain Lamassoure “d’explorer et d’évaluer la faisabilité d’un observatoire de l’enseignement de l’Histoire dans les Etats membres”.

Alain Lamassoure conduira sa mission en lien avec un réseau d’institutions reconnues dans le domaine, parmi lesquelles le réseau Euroclio, l’Institut Georg Eckert, l’Institut franco-allemand de Cergy-Pontoise ou encore la Maison de l’Histoire européenne. Cette mission porte également sur l’idée d’organiser, durant la présidence française, une réunion des académies nationales du Conseil de l’Europe (rassemblées dans le réseau All European Academies) sur le thème de l’enseignement de l’Histoire.

“Le casse-tête du Brexit se complique” – La Croix

Le journal La Croix a consacré, mercredi 16 janvier, un article à l’actualité du Brexit.

Extrait :

“À Bruxelles, beaucoup refusent de signer un chèque en blanc. Pour l’Allemand Manfred Weber, tête de liste du Parti populaire européen (PPE), l’UE n’a aucun intérêt à refuser toute prolongation pour le principe, mais celle-ci « doit être décidée pour des raisons claires, pas pour nous faire perdre plus de temps ». Un préalable auquel tient également l’eurodéputé français Alain Lamassoure (PPE) : « Ce n’est pas de temps qu’on manque, c’est d’une issue politique », clame-t-il.”

 

Article complet

Entretien pour Complément d’enquête (France 2)

Dans le cadre d’une émission sur les mouvements sociaux, j’ai accordé une interview à l’émission Complément d’enquête diffusée jeudi 13 décembre au sujet de mon expérience gouvernementale lors des manifestations de 1995.

L’émission est désormais accessible en rediffusion (intervention à partir de 59:00).

Le replay

Le Point, 30/11: “Mitterrand, VGE, Chirac, Sarkozy, Hollande… Quand les européennes étaient l’affaire des présidents”

Mitterrand, VGE, Chirac, Sarkozy, Hollande… Quand les européennes étaient l’affaire des présidents

Il fut un temps où cette élection était un passage obligé pour briguer la présidence de la République : tous les anciens présidents y sont passés ! Récit.

Par Emmanuel Berretta

Publié le 30/11/2018 à 10:24 | Le Point.fr

Jusqu’ici, les européennes ont toujours été un enjeu majeur pour les présidents ou aspirants présidents français.

Comme il paraît loin, le temps où les grands chefs à plumes de la politique ne négligeaient pas les européennes. «  C’était un passage obligé  », se souvient Alain Lamassoure, l’un des sages de l’hémicycle de Strasbourg, qui achèvera en mai prochain son cinquième mandat. De fait, quand on regarde dans le rétro, les plus grands se sont frottés au suffrage proportionnel sur liste nationale : François Mitterrand affronte Jacques Chirac en 1979, Georges Marchais s’y aligne par deux fois, Valéry Giscard d’Estaing tente un come-back par les européennes en 1989. Ni François Hollande ni Nicolas Sarkozy n’ont envisagé de passer leur tour quand l’occasion de conduire la campagne européenne s’est présentée en 1999, la dernière année où le scrutin se déroulait selon le principe des listes nationales.

«  À l’époque, les têtes de liste se présentaient, mais ne siégeaient pas ensuite  », rappelle Lamassoure. Quand on était chef de parti, pas question de se dérober ou de laisser un second prendre la lumière. «  Laurent Wauquiez ou Marine Le Pen, qui hésitent à conduire eux-mêmes leur liste, font, à mon sens, une erreur, reprend l’ancien ministre délégué aux Affaires européennes. Le principe d’une liste nationale milite pour que ceux qui ont une ambition présidentielle se présentent. Les anciens ne s’y sont pas trompés.  » Wauquiez et Le Pen oseront-ils aller au feu comme jadis les grands patrons ?
Lire la suite…

Présentation du projet de code européen des affaires au Parlement européen

A l’invitation des Députés européens MM. Jakob von Weizsäcker (PSE) et Alain Lamassoure (PPE), les représentants de l’Association Henri Capitant ont présenté au Parlement européen le projet de code européen des affaires, qui replace le droit du commerce et de l’entreprise au cœur de la construction européenne.

Le professeur Philippe Dupichot, Secrétaire général de l’association Henri Capitant a rappelé le raisons économiques, politiques et juridiques qui fondent le projet de code européen. Le caractère inachevé du marché unique représente un coût pour les entreprises et pénalise l’attractivité du marché européen pour les investisseurs étrangers. Au lendemain du Brexit et alors que de nombreux citoyens se détournent du projet européen, il est essentiel de faire avancer l’Europe sur des projets concrets, en replaçant les entrepreneurs et les commerçants, les entreprises, les forces vives économiques, au centre des préoccupations. Enfin, l’hétérogénéité et l’extrême complexité du droit européen des affaires, encore largement éclaté en 27 droits différents, est telle que les acteurs économiques ne sont plus en mesure de déterminer quel droit régit précisément leurs activités.

Le Professeur Matthias Lehmann, représentant de la branche allemande de l’association Capitant a insisté sur la sécurité juridique que pourrait apporter la réalisation d’un code européen des affaires. Pour réaliser ce code 13 groupes de travail ont été établis, en fonction des 13 thématiques définissant l’environnement juridique de l’entreprise. Dirigés par un binôme franco-allemand, ces groupes de travail intègrent des spécialistes du droit venus de l’Europe entière. L’objectif est de rédiger le code dans une langue limpide et claire, sur le modèle du Code civil, en compilant d’une part l’acquis communautaire et proposant d’autre part des compléments là où l’unification du droit n’a pas été réalisée. Le Code devrait présenter une alternative aux choix du droit anglais et suisse qui actuellement dominent les transactions transfrontalières à l’intérieur du Marché Unique.
Lire la suite…

Page 1 sur 10612345...102030...Fin »