Débat en plénière – Rapport coopérations renforcées

Je me réjouis et remercie mes collègues de cette large majorité. C’est le dernier rapport que je présente en plénière après 23 ans passés au Parlement européen. En 1989, je suis entré dans un forum politique limité à une partie de l’Europe à l’Ouest du rideau de fer. Le Parlement que je quitterai dans quelques semaines est un vrai Parlement européen avec une capacité législative.

Je tiens à remercier mes collègues, les collaborateurs du Parlement et des groupes, et mes assistants pour le plaisir d’avoir travaillé avec eux.

Grâce à vous, chers collègues, j’ai appris que l’écoute, le dialogue, le respect mutuel, l’obsession de l’intérêt commun, la recherche de compromis étaient bien plus efficaces que l’affrontement partisan systématique qui caractérise la politique nationale. Beaucoup de nos parlements nationaux et une prestigieuse capitale outre-Atlantique auraient beaucoup de leçons à apprendre ici.

Mon honneur restera d’avoir été un ouvrier anonyme, humble mais fier d’avoir apporté sa pierre à la construction politique qui marquera à jamais l’Histoire de notre continent.

Dans le futur Parlement européen, je souhaite que la majorité qui vient de s’exprimer soit unie pour adapter notre Union aux nouveaux défis du siècle.