• Votre député européen

    Alain Lamassoure

    Région Île de France

    Mes actualités
  • Votre député européen

    Alain Lamassoure

    Région Île de France

    Mon parcours

Donner sa chance au bon sens


« Sur ce point, les gouvernements successifs ont échoué depuis vingt ans… ». Combien de fois n’avons-nous pas entendu ce refrain, dans la bouche des commentateurs, et souvent aussi dans celle des hommes politiques – du moins, ceux du centre et de la droite, la gauche ayant moins d’inclination à l’autocritique.


Est-ce à dire que les politiques de Mauroy et de Chirac, de Bérégovoy et de Balladur, de Juppé et de Jospin aient été les mêmes ? Et que ces gouvernements se soient trouvés dans une situation politique identique ? Absolument pas !


Depuis la grande alternance de 1981, sur une période de vingt et un ans, la gauche a été au pouvoir pendant quinze ans – les trois quarts du temps. A chaque fois, elle a pu disposer d’une législature complète de cinq ans, lui permettant d’agir dans la durée en appliquant ses idées. A chaque fois, elle a été condamnée sans appel par le corps électoral : non, décidément, le socialisme « à la française » n’est pas bon pour la France.


De son côté, l’alliance RPR-UDF a exercé le pouvoir à trois reprises, mais à chaque fois seulement pour une période limitée à deux ans. Et deux fois sur trois dans une situation de cohabitation « dure » avec le Président MITTERRAND, qui empêcha notamment Jacques CHIRAC de réformer en utilisant la procédure accélérée des ordonnances. A chaque fois, malgré cela, des réformes profondes ont été engagées. A chaque fois, le temps a manqué pour que les bénéfices aient pu apparaître à l’opinion. Comparons avec quelques-uns des grands réformateurs étrangers de la période, Margaret THATCHER, Helmut KOHL ou Ronald REAGAN : s’ils avaient eu, eux aussi, à affronter le suffrage universel après deux ans de pouvoir, ils auraient été balayés. Car c’est un délai suffisant pour grimacer de l’amertume de la potion, mais trop court pour sentir les bienfaits de la guérison. Lire la suite…

What is the role of Europe ?


The first task of the Convention on the Future of Europe will be to answer the question ‘What is the role of Europe?’. It is now fifty years since work began on the construction of Europe in the very specific context of the aftermath of the world war and at a time when Cold War tension was at its highest. In the meantime the scars of war have been healed. The Soviet Union has disappeared, and the entire continent has been liberated from Communism. The six founding nations have been joined by nine others, and the whole of Eastern Europe is now knocking on the door of a union which was commercial, then economic, then monetary and which now aspires to become fully political. What tasks should be entrusted to the united Europe, and what policies should remain a matter for national governments? In order to prepare the ground for the deliberations of the Convention, the European Parliament asked me to compile a report. The conclusions I reached in that report were adopted on 16 May by 71% of the MEPs who were present in the House. It was a significant result.


In fact, the debate itself was a ‘first’. Since the conclusion of the Treaty of Rome in 1957, neither the European governments nor the European institutions had ever seen fit to review the distribution of roles within the Community. Lire la suite…

After All Fools’ Day


Let us be brave enough to recognise that not one pollster, not one political analyst, not a single political leader – in short, no one at all – had imagined that the outgoing Prime Minister would be left trailing by Jean-Marie Le Pen in the presidential election. Nothing will ever be the same again in French politics.


Disappointed to the point of exasperation by the mediocrity of this strange presidential campaign at a time when they really needed clear landmarks and definite choices, the French expressed themselves with a cry of despair. No, 20% of the French population are not Fascist sympathisers, nor are 15% of them Stalinists and Trotskyites; but a good third of our compatriots are crying for help.


Most of them are victims of unemployment, people living in all sorts of precarious circumstances, victims of intolerable living conditions in what we call sensitive housing estates or of the unbridled urbanisation of rural areas. The others are their geographical neighbours, who, though unaffected by these misfortunes, are afraid that they might spill over. Twenty years of crisis, of slow growth, of unemployment that has been rather ineptly treated with early retirements, training schemes leading nowhere and casual jobs, have created huge pockets of social deprivation and hopelessness, widening the gap between the haves and the have-nots, the ‘fracture sociale’, as Jacques Chirac called it in 1995. In this type of soil, insecurity has flourished, boosted by the powerful fertiliser of virtually guaranteed impunity. Lire la suite…

Après la journée des dupes


Ayons le courage de le reconnaître : aucun sondeur, aucun analyste politique, aucun dirigeant, bref personne n’avait imaginé que le Premier Ministre sortant serait distancé par JM Le Pen dans l’élection présidentielle. Rien ne sera plus comme avant dans la politique française.


Déçus jusqu’à l’exaspération par la médiocrité de cette étrange campagne présidentielle alors qu’ils avaient tellement besoin de repères clairs et de choix fermes, les Français se sont exprimés en hurlant. Non, il n’y a pas en France 20% de sympathisants du fascisme, ni 15% de stalino-trotskistes: mais un gros tiers de nos compatriotes appellent au secours.


Pour la plupart, ce sont des victimes du chômage, de la précarité sous toutes ses formes, des conditions de vie insupportables dans les quartiers dits sensibles, de l’urbanisation incontrôlée des zones rurales. Les autres sont leurs voisins géographiques qui, même préservés, craignent la contagion de ces malheurs. Vingt ans de crise, de croissance lente, de chômage bien maladroitement traité en pré-retraites, stages parking et autres petits boulots, ont créé des poches immenses de misère sociale et de désespoir – ce que Jacques Chirac appelait en 1995 la « fracture sociale ». Sur un tel terreau, l’insécurité a fleuri, dopée par le formidable engrais de la quasi-impunité garantie. Lire la suite…

Le 11 septembre, un an après


Les centaines de millions de téléspectateurs qui ont vu en direct l’effondrement des « twin towers » ont eu le sentiment de vivre le premier acte d’une guerre d’un type nouveau.


Le plus inouï, c’est que, un an après, cette intuition initiale s’est bien confirmée, mais nous n’en savons pas beaucoup plus. Qui est en guerre contre qui ? Les Etats-Unis sont en guerre. Ils ont réagi à ce Pearl Harbour terroriste avec dignité, sang-froid et détermination. Mais, une fois éliminé le régime islamiste d’Afghanistan, reste-t-il un ennemi, pour quoi et contre qui ? Al Qeida a-t-elle perdu la guerre ou seulement la bataille de Kaboul ? L’Europe est-elle encore dans cette guerre ? Lutte-t-on contre l’islamisme fanatique, contre des « Etats voyous », ou contre toutes les organisations terroristes de la planète – Ben Laden, Arafat et ETA, même combat ? Qui peut le dire ?


Face à cette situation sans précédent, il est temps que les grands acteurs internationaux sortent de l’état de stupeur qui a suivi le coup de massue du 11 septembre, et surmontent les tentations auxquelles ils ont tendance à succomber.


Pour les Etats-Unis, la tentation est clairement celle de l’action solitaire. Chacun comprend qu’ils soient meurtris et humiliés par le coup reçu – imaginons ce qu’aurait été la réaction de l’opinion française si en décembre 1994 l’Airbus d’Air Algérie s’était écrasé sur les Champs-Elysées. Mais, forts d’une écrasante supériorité militaire, exaspérés d’être mis en permanence dans le box des accusés à l’ONU, constatant chaque jour la désunion politique et l’impuissance militaire de leurs alliés européens si volontiers donneurs de leçons, les Etats-Unis sont portés à assumer pleinement et seuls la responsabilité du maintien de l’ordre mondial. En attendant que ce Far West qu’est encore la planète soit soumis au droit, un shérif courageux se donne pour mission de mettre les hors-la-loi hors d’état de nuire. Et de viser, après Al Qeida les talibans, après les talibans, l’Irak, puis d’autres « Etats voyous », sans prendre la peine de demander l’avis des « honnêtes gens » que le shérif prétend défendre. Lire la suite…

A Convention for Europe


Let us not beat about the bush: 28 February 2002 will be remembered as a historic date for Europe, marking the disappearance of the last national currencies in the euro area. The same day sees the opening in Brussels of the Convention on the Future of Europe. A new chapter is beginning. Why?


After half a century, Europe is a strange political animal. It makes laws – the European Parliament now adopts more legal instruments than the National Assembly. It mints coins. It has its own budget, which, at 100 billion euros, is comparable in size with that of Spain. It raises an army: next year the Union will have a rapid-reaction force of 100 000 troops. It has a common spokesman on foreign policy. Its 380 million inhabitants possess common European citizenship in addition to their national citizenship. And yet this unparalleled Union has neither legal personality nor full-time leaders. Moreover, it is now preparing to welcome a dozen new member countries, almost all of them from the old Eastern bloc.


It is time to put the law in line with reality. Since Europe is undoubtedly a political power, it needs a constitution, in other words a statute that clearly defines its goals, its powers and its governing bodies and guarantees that these bodies are fully democratic. Lire la suite…

Page 95 sur 97« Début...102030...9394959697